11 mars 2013

Sous influence à La Maison Rouge

Sous influence réunit à La Maison rouge, près de Bastille, des œuvres qui expriment la relation entre psychotropes et art. Exposées en groupes, en types, évoluant dans une chronologie qui balaie la fin du XIXe, le XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, les 250 œuvres de l’exposition entrent dans une correspondance riche et complexe qui permet des combinaisons inédites… Le dessin de Jean-Martin Charcot réalisé sous l’emprise du haschisch en 1853 et celui de Jean-Michel Basquiat, l’artiste New-Yorkais emporté à l’âge de 27 ans par une... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 19:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

11 mars 2013

Une expérience immersive

Certes, vous n’entendrez pas Jim Morrison vous susurrez “ride the snake“ au creux de votre oreille, question d’époque !, mais vous aurez droit pour pénétrer dans le vif du sujet à une expérience qui chamboulera votre perception du réel. Dans le Swinging Corridor de Carsten Höller, le vacillement à peine perceptible des murs du couloir créé une perte de repère qui vous plongera dans un état trouble.  Swinging Corridor, Carsten Höller Mais, il faudra atteindre la deuxième partie pour découvrir dans une pièce fermée l’autre... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 21:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 mars 2013

Un remède /une addiction

Juste après l'exemplaire de Les Paradis Artificiels de Baudelaire, les héliogravures de Hans Bellmer destinées à illustrer une édition de l’ouvrage sont des visions sensuelles où la beauté féminine frôle la mort. Non loin de là, sont exposées Les sculptures inhumaines de Mathieu Briand. Composées de deux parties distinctes, toutes blanches et finement ouvragées : au sol, un homme avance, masqué par un linge, une seringue entre les dents, comme un assassin de l’ombre, au-dessus de lui tourne un crâne dont les orbites laissent... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 21:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 mars 2013

Le voyage intérieur

Les têtes transparentes de Francis Picabia semblent explorer la sensation de diffraction du temps provoquée par la drogue. C’est comme si les dessins superposés des visages au fusain préfiguraient les effets de type kaléidoscope des films des années 60 et 70 si typiques de l’esthétique psychédélique. Les têtes transparentes, Francis Picabia Un effet à rapprocher aussi des dessins d'Arnulf Rainer réalisés sous l’effet de substances hallucinogènes dans les années 60. L’autoportrait Pfff ! qui fait partie de la série Faces... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 21:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 mars 2013

Trafics et déchéances

La drogue est compagne de misère et le temps de l’innocence est révolu. A gauche, le documentaire de Gianfranco Rosi et l’œuvre d’Hervé di Rosa (Guernarco) réalisée dans le style coloré et vif des peintures naïves mexicaines, nous exposent à la violence des narcotrafics qui sévissent en Amérique du Sud. Comme une suite logique, l’image de dépendance ultime, une femme enceinte qui se fait un fixe, photographiée par Larry Clark (Tulsa, 1971), l’image de la déchéance d’un corps fantomatique photographiée par Antoine d’Agata (Phnom Penh... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 mars 2013

Enumérations et recensements

Et c’est un peu affectée par tant d’images fortes, que je débouche sur une étonnante bibliothèque “virtuelle“, une installation de Frédéric Post. L’espace est occupé par des reproductions photographiques de rayonnages de livres ayant un rapport avec les substances psychotropes, du traité de pharmacie au roman de série noire… Les ouvrages appartiennent à la collection d’un riche homme d’affaires Santo Domingo Braga Jr. qui a rassemblé plus de 25 000 ouvrages du XVIe siècle jusqu’à nos jours traitant de la marginalité et des... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 21:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mars 2013

L’expérience chamanique

Dans la deuxième partie, je vous ai déjà parlé de l’installation de Yayoi Kusama (les pois) et des autoportraits de Bryan Lewis Saunders. Mais, pour finir, je voudrais vous parler d’une œuvre étonnante tant par la forme qu’elle prend que par le récit de l’expérience vécue. Il s’agit du projet Le voyage en Iboga du duo Art Orienté Objet de Marion Laval-Jeantet et de Benoit Mangin. Ces deux artistes sont partis au Gabon vivre un rite d’initiation dans une société secrète. Pour ce faire, ils ont avalé de l’iboga, une plante... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 mars 2013

Enfin, une pause…

Je suis restée plusieurs heures dans l’exposition, sans réussir à tout voir, en renonçant à tout comprendre... D’ailleurs est-ce vraiment possible ?  250 œuvres, c’est vraiment beaucoup.  Posters de la collection de Frédéric Jaïs Elalauf dans la café de La Maison rouge Toujours Sous influence je sirote mon thé rouge assise sur une énorme fleur verte, en contemplant les posters psychédéliques de la collection de Frédéric Jaïs Elalauf tout en ondulations et couleurs vives accrochés au mur du café Rose Bakery... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 avril 2013

Hey ! Part II, Musée d’Art Brut et d’Art Singulier (Halle Saint Pierre, Paris)

Avant de me rendre à Hey ! Part II, dont je n’avais pas vu la première partie, je m’attendais à une exposition vive, colorée, en un mot pop ! Ma surprise fut de taille et au final, je me demande si de Soutine à Chagall, de Sous Influence à Hey !, en passant par l’exposition Linder, il n’y a pas une logique en quinconce qui guide mes pas ? Le pavillon de la Halle Saint Pierre, qui accueillait autrefois un marché, est un lieu charmant. Construit dans le style XIXe de Baltard, l’extérieur du pavillon est... [Lire la suite]
Posté par Rosaleen Crowley à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 avril 2013

Maniérisme et délicatesse

Quittant l’espace chaleureux de l’accueil, de la librairie et du café, je pénètre dans un univers sombre, où un “j’ai froid“ robotique se fait entendre, en boucle. Ignorant ce son lancinant de train fantôme, je tente de me concentrer sur les œuvres les unes après les autres car l’espace assez ouvert, invite à se précipiter vers les formes noires et métalliques qui luisent au fond… Résistant à la curiosité, vaguement inquiète par tant de présences “biomécaniques“, je m’arrête en premier lieu devant les œuvres de Stéphanie Lucas entre... [Lire la suite]