D’origines modestes, Aimé et Marguerite Maeght sont devenus parmi les plus grands collectionneurs d’art d’après guerre et de grands amis des artistes de l’époque. Familiers de Saint-Paul-de-Vence, le couple décide d’y bâtir une fondation après le décès de leur fils, Bernard emporté  par une leucémie à l’âge de 11 ans. Or, ils découvrent sur ce terrain les ruines d’une ancienne chapelle, consacrée à saint Bernard. C’est donc en mémoire de leur fils qu’ils élèvent ici une sorte de mausolée dédiée à l’art. Leurs amis artistes soutiennent chaleureusement le projet et leur font don de nombreuses œuvres. Les Maeght tiennent à respecter le plus possible l’environnement naturel. De fait, tout s’intègre dans une belle harmonie, le bâtiment, la foisonnante nature provençale avec la vue qui s’étend jusqu’à la mer, les fresques murales, les statues de Giacometti sur la terrasse (qui cotoient en ce moment une belle tête de Garouste surmontée d’un nid d’oiseaux) les fontaines folles et autres monstres cracheurs d’eau. On a l’impression non pas d’être dans une musée ou dans un lieu d’exposition mais dans une maison un peu fantasque et surréaliste où l’on déambule, inspiré, alors que les propriétaires se sont momentanément absentés.

Une tête de Garouste